Fécondation in vitro ou injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde (ICSI)

Apparue en 1978, la fécondation in vitro (FIV) est aujourd’hui la technique de procréation médicalement assistée la plus utilisée et la plus efficace. Elle représente environ la moitié des traitements de PMA.

La FIV est notamment indiquée en cas de problème affectant les trompes de Fallope, en présence d’endométriose, d’une infertilité masculine (nombre et mobilité des spermatozoïdes insuffisants) ou lorsque les autres traitements ont échoué. La FIV consiste à reproduire en laboratoire ce qui se passe naturellement dans les trompes : la fécondation (réunion des ovules et des spermatozoïdes) et les premières étapes du développement embryonnaire. L’embryon est ensuite placé dans l’utérus.

A FertiGenève, la première étape de la FIV – la stimulation ovarienne – est réalisée par les gynécologues exerçant en privé ou au sein de l’UMREG. La patiente se voit administrer des préparations hormonales afin d’aider ses ovaires à produire plusieurs ovocytes : cette phase dure en moyenne 10 jours. Lorsque les ovocytes sont prêts, selon les critères échographiques et hormonaux, la femme reçoit une autre hormone qui leur permet de terminer leur maturation et d’être fécondables.

Environ 35 heures plus tard a lieu le prélèvement des ovocytes : cette seconde étape est réalisée au bloc opératoire (aux HUG pour les patientes suivies par l’UMREG, et à la Clinique Générale-Beaulieu pour les patientes suivies en privé), sous analgo-sédation ou anesthésie locale. Cette courte intervention réalisée par les gynécologues consiste à aspirer les ovocytes contenus dans les follicules à l’aide d’une aiguille introduite dans l’ovaire par voie transvaginale sous contrôle échographique.

Le tube contenant le liquide folliculaire et les ovocytes ainsi prélevés sont ensuite acheminés au laboratoire dans un container stable à 37°C. Ils sont placés dans un milieu de culture approprié, et conservés dans un incubateur qui reproduit les conditions proches de celles rencontrées dans la trompe. Le prélèvement de sperme a lieu le jour même. A FertiGenève, le partenaire se rend directement au laboratoire, où il procède au don (par masturbation) dans une pièce appropriée.

C’est là qu’intervient le savoir-faire des biologistes. Les spermatozoïdes sont préparés afin de sélectionner les plus mobiles et fécondants. Puis, lors d’une FIV classique, ils mettent plusieurs milliers de spermatozoïdes à proximité de chaque ovocyte placé dans le milieu de culture. Le tout est replacé dans l’incubateur et la fécondation se fait toute seule.

Lorsque la qualité du sperme est insuffisante, les biologistes ou techniciens ont recours à une variante de FIV appelée ICSI (injection intracytoplasmique de spermatozoïde). Celle-ci consiste à sélectionner un spermatozoïde mobile et à l’injecter directement dans l’ovocyte à l’aide d’une micropipette.

Les embryons restent en moyenne cinq à six jours dans l’incubateur. Les biologistes sélectionnent alors l’embryon le plus prometteur, qui est transféré dans l’utérus de la future maman. A FertiGenève, cette intervention indolore et rapide est effectuée par le gynécologue au sein même du laboratoire, dans une pièce aménagée à cet effet.

Les embryons supplémentaires qui ne sont pas utilisés immédiatement sont quant à eux congelés à -196°C, afin de pouvoir les utiliser si nécessaire pour une autre tentative ou pour avoir un deuxième enfant.