Congélation

Les techniques de conservation par le froid (cryoconservation) permettent d’envisager la préservation de sa fertilité. Cela concerne les cellules reproductrices (spermatozoïdes ou ovocytes).

Cryoconservation d’embryons par vitrification

Auparavant, tous les embryons développés lors d’une FIV devaient immédiatement être implantés dans l’utérus de la mère. La nouvelle loi, permet de n’en implanter qu’un et de congeler les autres. Le laboratoire Fertas à Genève est à même de procéder à la cryoconservation des embryons par un procédé appelé vitrification. Il consiste à plonger les embryons dans de l’azote liquide à -196°C. La descente en température est extrêmement rapide et permet d’obtenir un état vitreux, quasi instantané, des embryons. Ainsi conservés, les embryons peuvent être transférés ultérieurement dans l’utérus, sans devoir à nouveau passer par les étapes de prélèvement d’ovocytes et de fécondation.


Cryoconservation d’ovocytes par vitrification

La loi autorise également les femmes à préserver leur fertilité grâce à la vitrification des ovocytes. Cette technique est depuis longtemps utilisée chez les femmes devant subir un traitement lourd comme la chimiothérapie, susceptible de menacer leur fertilité. Elle s’étend désormais aux femmes en bonne santé, qui souhaitent simplement différer dans le temps leur projet de grossesse.


Congélation du sperme

Les hommes peuvent, eux aussi et depuis longtemps, faire congeler leur sperme pour une utilisation ultérieure, notamment en cas de traitement pouvant entraver la fertilité. Dans certains cas, la congélation du sperme peut faciliter la réalisation technique d’une FIV.